Lésions tumorales de l’estomac

L’estomac est une poche mesurant approximativement, lorsqu’il est vide, 25 cm de long sur 15 cm de large. Il fait suite à l’œsophage et se continue par le duodénum c'est-à-dire le début de l’intestin.
Il participe activement à la digestion grâce aux sécrétions (acides) qu’il produit et à ses contractions qui permettent la progression du bol alimentaire vers l’intestin.
L’intérieur de l’estomac tapissé d’une muqueuse (« muqueuse gastrique ») qui peut être le siège d’une lésion tumorale, il peut s’agir d’une tumeur bénigne ou maligne.

Quels peuvent être les signes annonciateurs d’une lésion tumorale de l’estomac ?
Une sensation de pesanteur gastrique, de satiété quasi immédiate après la prise alimentaire.
Le volume de la lésion augmentant, des vomissements peuvent apparaître.
Lorsqu’une tumeur saigne c’est le plus souvent à bas bruit, le seul signe témoignant de ce saignement chronique étant la coloration en noir des selles ou plus rarement des vomissements colorés de sang rouge.

Comment diagnostique-t-on une lésion tumorale de l’estomac ?
La réalisation d’une fibroscopie gastrique permet de visualiser la lésion et d’en réaliser des biopsies. Seul l’examen de celles-ci par un anatomopathologiste (examen au microscope) permet de connaître avec certitude le type de lésion dont il s’agit.

Quel est le traitement d’une lésion tumorale de l’estomac ?
Il est chirurgical. Il est nécessaire de réaliser l’ablation de la portion de l’estomac sur laquelle repose la lésion.
S’il s’agit d’une tumeur maligne les ganglions avoisinants doivent également être retirés.
La résection chirurgicale dépend de la localisation de la lésion.

Lorsque la lésion est située au pôle supérieur de l’estomac la procédure chirurgicale est menée comme suit :

Lorsque la lésion est située au pôle inférieur de l’estomac la procédure chirurgicale est menée comme suit :

Lorsque la lésion est située au centre ou lorsque celle-ci est volumineuse il peut être nécessaire de réaliser l’ablation totale de l’estomac. Le circuit digestif, c'est-à-dire la continuité entre l’œsophage ou ce qui reste d’estomac et l’intestin grêle est rétablit en fin d’intervention (le plus souvent c’est un segment d’intestin grêle qui est utilisé).

Quelles sont les conséquences de ce type d’intervention ?
Cela dépend de l’importance du segment gastrique dont il a été nécessaire de réaliser l’ablation. La réalimentation est possible en moyenne 4-5 jours après l’intervention, elle est fragmentée, c’est à dire 4 à 6 repas par jour (petites quantités) sont nécessaires les premières semaines.

Liens vers les pages soeurs